Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Engie: les syndicats inquiets d'un éventuel nouveau plan de rigueur.

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

Engie: les syndicats inquiets d'un éventuel nouveau plan de rigueur.

Par AFP, publié le 23/02/2016 à 16:47 , mis à jour à 16:47

Paris, 23 fév 2016 - Les syndicats d'Engie (ex-GDF Suez) se sont dits inquiets mardi d'un éventuel nouveau plan de rigueur du géant français de l'énergie, qui doit présenter ses résultats jeudi, et s'interrogent sur la nouvelle organisation de la gouvernance du groupe.

La reconduction pour deux ans de Gérard Mestrallet comme président non exécutif, décidée par le gouvernement, doit être confirmée mercredi par le conseil d'administration. Isabelle Kocher, la numéro deux qui était pressentie pour prendre la succession de M. Mestrallet, endossera finalement le rôle de directrice générale. 

Premier syndicat du groupe, la CGT, qui accuse l'Etat de prendre des décisions "basées uniquement sur des choix de personnes et non sur le fond", craint une "guerre des chefs", tandis que la CFE-CGC redoute de possibles "tensions". 

Quant à la CFDT, deuxième force syndicale, si elle est favorable à la "séparation des pouvoirs", elle estime que cela n'intervient "pas forcément au bon moment", le groupe ayant "besoin d'une vision plus longue" que les deux ans de prolongation prévus pour M. Mestrallet, a indiqué à l'AFP son représentant Jacques Mouton. 

Au-delà, la CGT, qui demande une "stratégie permettant de développer des activités créatrices d'emplois", craint "encore des réductions d'effectifs" si un nouveau "plan de rigueur" est annoncé à l'occasion des résultats, a expliqué son coordinateur Yves Ledoux. Selon ses calculs, hors plan de rigueur, les suites de la réorganisation du groupe décidée en avril 2015 pourraient déjà aboutir à "1.500 suppressions d'emplois". 

L'impact sur l'emploi d'un éventuel renforcement du plan d'économies Perform est la principale préoccupation de la CFE-CGC. La Lettre de l'Expansion a indiqué début février qu'Engie tablait sur 2,8 milliards d'euros de réduction de coûts pour 2016-2018, contre 1,9 milliard entre 2012 et 2015. 

"Cela aura forcément des conséquences sur l'emploi et l'activité", a estimé Hamid Ait Ghezala (CFE-CGC), en soulignant que les salariés étaient "arrivés à un point de rupture". Il s'inquiète aussi des cessions d'actifs envisagées. 

"Au bout d'un moment, on ne sait plus comment faire" des économies, observe M. Mouton (CFDT). "On arrête les investissements nécessaires à la survie du groupe, on demande un tour de vis à tout le monde" ou alors peut-être "tout simplement on donne un peu moins de dividende aux actionnaires'", dit-il. 

La CGT réclame justement, elle, "l'arrêt" du versement des dividendes aux actionnaires. La CFE-CGC plaide pour sa réduction de moitié, à 50 centimes.

 

Partager cet article

Repost0

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA COORDINATION CGT ENGIE

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

COMMUNIQUE DE PRESSE CORDINATION CGT ENGIE 23 02 2016

Partager cet article

Repost0

4ème REUNION DE NAO. A LA RECHERCHE DU CONFLIT…

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

4ème REUNION DE NAO. A LA RECHERCHE DU CONFLIT…

La 4eme réunion de NAO avait lieu ce jour à Colombes en présence du PDG Thierry Le Mouroux, du Directeur des Solidarités Bertrand Chaffange.

La Direction rentrait directement sur le sujet des augmentations générales.

Ouvriers : AG 10 € au 1er janvier et 10 € au 1er mai.

               AI 0,2 %  hors promotion.

ETAM : AG 10 € au 1er janvier et 10 € au 1er mai.

           AI 0,3 % hors promotion.

Cadres : 1,5 % hors promotion.

Pour la CGT la proposition mettrait l’AG à 16,60 € Brut par mois !!!

Et 0,2 % et 0,3% d’AI, fait qu’il va y avoir beaucoup de déçus.

Sur la rente de conjoint (prévoyance lourde) l’entreprise prendrait à sa charge la cotisation à 60 %, 40% resterai à notre charge. Le coût pour un salaire de 2000 € est de 1,99 € !!!

Saint Eloi : ½ journée de payée, plus un repas à la charge de l’entreprise. Cette mesure sera pérenne.   

Prise en charge du congé paternité à 100 % à concurrence d’un salaire de 4250 €.

La CGT a demandé  que les coefficients soient revus à la hausse, et que soit prise en compte l’ancienneté dans le coefficient. La Direction va voir ce qu’elle peut faire sur ce sujet avec l’accord sur la GPEC qui est en cours de négociation, ainsi que sur la grille de salaire ENDEL. Affaire à suivre !!!

Pour la CGT le compte n’y est pas, devons-nous accepter ces propositions…

Vos Délégués Syndicaux CGT et vos Elus vont organiser des assemblées générales, afin de déterminer les actions et les suites à donner à ces propositions.

Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà perdu. (Berthold Brech)

                                                                 Le 16 fevrier 2016 la délégation CGT

 

Partager cet article

Repost0

COURRIER FEDERAL 474. BONNE LECTURE

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

LES HOMMES SE RELEVENT...

LES HOMMES SE RELEVENT...

COURRIER FEDERAL 474

Partager cet article

Repost0

ENDEL ENGIE SOLIDAIRE DES 8 SALARIES GOODYEAR

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

ENDEL ENGIE SOLIDAIRE DES 8 SALARIES GOODYEAR

Partager cet article

Repost0

EN RESEAU FEVRIER 2016 CGT ENGIE

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

EN RESEAU, JOURNAL CGT ENGIE fevrier 2016

Partager cet article

Repost0

FORMATION SYNDICALE

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

FORMATION SYNDICALE

FORMATION SYNDICALE

Partager cet article

Repost0

ACCORD DON DE JOURS ENFANT ET OU CONJOINT MALADE

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

ACCORD REVENDIQUER PAR LA CGT LORS D LA NAO 2014/2015 ET SIGNER EN DECEMBRE 2015.

Partager cet article

Repost0

Négociation des mini hiérarchiques des Ingénieurs et Cadres. Montreuil, le 28 janvier 2016

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

2016 MINI INGENIEUR ET CADRES

Négociation des mini hiérarchiques des Ingénieurs et Cadres. Montreuil, le 28 janvier 2016

Déclaration de la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT Montreuil, le 28 janvier 2016. Le 28 janvier s'est tenue la dernière réunion de négociation sur les barèmes d'appointements des mini Ingénieurs et cadres. Cette négociation concerne plus de 300000 salariés dans la branche de la métallurgie.

Lors de la précédente réunion de négociation, les organisations syndicales s’étaient quittées sur une impasse : le patronat restant bloqué à une revalorisation de 0,6%. La CGT n’envisageait pas une augmentation inférieure à l’augmentation du plafond de la sécurité sociale (1,5% au 1er janvier), les autres organisations syndicales étaient sur la base de 0.8%. A l'issue de cette dernière réunion de négociation, l'UIMM a maintenu sa proposition d'une augmentation de 0.6% en intégrant une clause de revoyure d’ici fin 2016. Cette clause dépendra de l'évolution de l'indice des prix à la consommation de l'INSEE. Or dans un contexte de faible inflation, cette clause n'a que peu de probabilité d'être activée. 3 organisations syndicales, la CGT, la CFDT et la CFTC rejettent la proposition d'augmentation de 0.6% des mini IC, par contre la CGC et FO ont signé cet accord.
Au cours de cette négociation, la CGT a justifié son refus de signature, pour plusieurs raisons :
• ces mini ne concernent pas uniquement 1% des ingénieurs et cadres de la branche comme l'affirme l'UIMM,
• le contexte économique est bien plus favorable pour les entreprises (augmentation des marges, baisse du coût des matières premières, aides publiques accrues via le CICE notamment ...),
• l'indice des prix à la consommation de l'INSEE ne reflète pas l'évolution du coût de la vie, évolution qui se situerait en réalité autour de 1.5% en 2015,
• cette revalorisation est très inférieure à l'évolution du plafond de la sécurité sociale,
• gagner en attractivité chez les jeunes diplômés. Enfin cette proposition qui sert de référence pour les négociations dans les entreprises et dans les territoires est un très mauvais signal envoyé en direction de l'ensemble des salariés de la branche qu’ils soient mensuels ou ingénieurs et cadres. La CGT continue de réclamer de véritables négociations salariales permettant le paiement de qualifications des salariés de la branche. Relancer l'emploi et l'industrie dans la branche nécessite une autre répartition des richesses créées par le travail. Cette très faible revalorisation des minis hiérarchiques ne répond absolument pas à cette exigence.
La FTM appelle l’ensemble des salariés avec leurs organisations syndicales à s’emparer des négociations salariales en cours pour imposer des mesures répondant aux attentes en matière de salaires et de reconnaissance.

                                                                        Montreuil 30 janvier 2016

Partager cet article

Repost0

ENDEL ENGIE : NAO 2016 3e REUNION, LES GRANDS ACTEURS RENTRENT EN JEU…

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

ENDEL ENGIE : NAO 2016 3e REUNION, LES GRANDS ACTEURS RENTRENT EN JEU…

Après la réunion du 13 janvier, ou nous avons vu passer le DAF (Directeur Administratif et Financier) et le Directeur de la Solidarité…, venus en cœur nous expliquer les résultats de l’entreprise, et en nous disant que ceux-ci n’était pas finalisés.

Il ne nous restait après cette réunion, l’affirmation que Endel dans son ensemble gagnait environ 25,2 M€, et que l’entreprise dans sa grande générosité était prête à donner 10 € d’augmentation générale aux ouvriers et ETAM et 0,1 à 1,2 %, le tout conditionné aux 10 € et pour les cadres AI et pas d’AG comme la CGT le demandait…

Après ces petites provocations, les choses sérieuses allaient peut-être  pouvoir commencer…

La 3e réunion c’est donc tenue le 28 janvier, en présence du PDG Monsieur Thierry Le Mouroux et du Directeur de la chance et des Solidarités…Monsieur Bertrand Chaffange.

La CGT décide d’être à l’offensive sur les comptes qui nous ont été fournis une journée avant, et là nous devons reconnaitre que c’est du Grand Art…

Tout y passe le ROC, le stand-by, le CICE, les départs, le RAO ? (résultat opérationnel d’activité) (1er fois que nous entendons ce terme) etc… etc… Ce qui fait qu’à la fin de la petite séance, personne n’a compris cette histoire de vases communicants, mais les résultats sont confirmés à 25,2 M€…

Lors de cet échange, la CGT a interpellé Thierry Le Mouroux, sur les départs de l’entreprise des salariés, outre les départs conventionnels, que nous assimilons à des PSE déguisés à la charge de la collectivité, nous assistons depuis le début de l’année 2015, à une chasse aux sorcières et ce dans beaucoup d’agence, avec des méthodes qui s’assimile à du harcèlement, de la provocation, des incitations à partir, et à la placardisassion. Cette situation se retrouve principalement dans l’industrie avec en ligne de mire, les chargés d’affaires, responsables d’exploitations, monteurs, préparateurs, secrétaires et tout personnel de 58 ans. Avec cette méthode l’entreprise gagnerait environ 2M € sur la masse salariale.

N’oubliez pas que ceux qui virent le personnel aujourd’hui, demain ce seront eux sur la sellette.

 Bref, des méthodes que la CGT réprouve, et que nous combattrons, n’hésitez pas à nous les faire remonter.

Vient ensuite la séance émotion, vous êtes bien servi chez Endel, l’accord sur l’égalité H/F où nous avons mis un budget afin de gommer les inégalités de salaire entre les hommes et les femmes, le don de jour aux enfants ou conjoints malades, l’accord sur la région parisienne avec les déplacements de moins de 200 Km, indemnisés à 83€, les négociations sur les Km sur les sites (pour ceux qui rentre avec leur véhicule personnel), le TTNE et le TTE, la participation et l’intéressement.

La CGT lui répond que, sur l’accord égalité H/F le budget a été mis en place suite aux revendications de la CGT et que c’est une obligation de la loi…donc il ne peut s’opposer à la Loi, de toutes façon, s’il n’y avait pas eu ce budget (145 K€ par an pendant 3 ans) la CGT se serait opposée à cet accord, avec les conséquences que cela implique.

Sur le don de jour, nous le remercions de sa générosité et de sa très grande solidarité en nous donnant 40 jours… Alors que dans le même temps il récupère en mai, 1M€ de congés payés que les salariés non pas pu prendre !!!

Pour les déplacements de la région parisienne, nous lui demandons de l’étendre aussi sur Lyon, Marseille, Bordeaux.

Sur la TTNE (temps de travail non effectif) nous lui disons que cela ne doit pas masquer le temps de travail effectif.

Pour la participation, s’il n’y avait pas eu le chantier de Prony (chantier fait par une filiale) les salariés d’Endel en auraient eu depuis 2008/2009. Sur l’intéressement c’est un accord, sur des objectifs fixés par la Direction.

Après cet échange, la Direction nous propose un talon entre 10 € ou 15 € et/ou 10 € plus tard.

Après une pause la négo reprend à 16h45.

Nouvelles propositions :

Ouvriers : GVT 0,5%, AG 10 € en janvier, 10 € en juillet, AI 0,3, Total 1,55 %.

ETAM : GVT 0,5%, AG 10 € en janvier, 10 € en juillet, AI 0,4%, Total 1,56%.

Cadres : AI 1,55% Total 1,55 %.

Nous demandons le paiement de 20 € en janvier et 10 € en juillet, 100% sur la rente de conjoint des ouvriers et ETAM, la journée de solidarité pris en intégralité.

Les Cadres demandent le complément des congés paternité.

Pour la CGT le compte n’y est pas, prochaine réunion le 16 février.

Mobilisons-nous, pour cette prochaine réunion.

                                                                La délégation CGT.

Partager cet article

Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>