Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Risques chimiques et amiante la CGT demande une intervention et un contrôle du Groupe

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

Risques chimiques et amiante  la CGT demande une intervention et un contrôle du Groupe

Les accords 2010 et 2014 ont acté à l’horizon 2020 l’engagement de suppression du risque CMR.

Et pourtant, nous listons des alertes récurrentes de la CGT :

 

-        En 2015 et 2017 sur la disparition de l’équipe toxicologie du siège

 

-        Depuis plusieurs années sur des risques amiante qui perdurent :

o   Endel : risques chimiques et amiante lors des interventions, problème de plan de prévention, d’équipements de protection ; conflit juridique sur l’obtention des fiches d’exposition

o   Storengy : joints, peinture ; bataille depuis de nombreuses années, accompagnée de pression et de sanction sur les militants ; la direction a essayé de nier et d’étouffer la question.

o   Home Services : chaudières amiantées et surtout cheminées en fibrociment ; alerte et expertise (avec pression de la direction) qui a mis en évidence des risques majeurs et l’absence de protection des salariés.

 

-        La CGT pose la question en novembre 2017 lors du comité santé sécurité : que fait la direction du Groupe pour répondre aux engagements et aux alertes des représentants du personnel ?  La direction centrale (direction santé sécurité du Siège du Groupe) ne doit pas se contenter de faire des notes et donner des instructions, elle doit contrôler et suivre leur mise en application. Question : comment solliciter le groupe pour intervenir en cas de défaillance des BU ?

 

             La CGT revendique au niveau des entreprises et au niveau Groupe :

 

-        Sur le fond :

o   Que soient prises les mesures de prévention nécessaires pour ne plus exposer les salariés à ces risque (cartographie, EPI, formation ...)

o   Que le suivi médical soit assuré par la médecine du travail

o   Que soient garantie la délivrance des fiches d'exposition afin que les salariés puissent avoir l'assurance d'une continuité de la surveillance médicale.

 

-        Sur les risques CMR : d’obtenir en entreprise et au niveau du Groupe le suivi des BU sur les substitutions (tableau de bord officiel pour contrôler l’atteinte de l’objectif des accords), 

-          Sur l’amiante et plus généralement sur les risques chimiques : de pouvoir saisir la direction générale. Nous proposons que ces alertes (remontées soit par la coordination, soit via le gt santé sécurité du CEE) soient répertoriées sur un tableau de bord « risques CMR et amiante » (au même titre qu’il y a un tableau de bord « Accidents Mortels ») et que la direction santé sécurité les contrôle en exigeant une analyse de l’entreprise ainsi qu’un plan d’action, et fasse un tableau de suivi sur la réalisation du plan d’action.

-          Sur la toxicologie : nous demandons la remise en place d’une équipe toxicologie pour le Groupe.

Ces points seront présentés par le représentant CGT au Groupe Technique Santé Sécurité du Comité Européen.

Partager cet article

Repost0

Résultats de l’élection au Conseil d’Administration d’Engie L’administrateur CGT élu avec 55% des voix .

Publié le par LA CGT ENDEL ENGIE

Résultats de l’élection au Conseil d’Administration d’Engie L’administrateur CGT élu avec 55% des voix .

Les résultats du scrutin viennent de tomber :

 

En collèges exécution-maitrise : le candidat CGT, Philippe Lepage, est élu avec 55% des voix (+ 3%) ; le deuxième élu est le candidat CFDT.

 

En collège cadres : est élu le candidat CFE CGC avec 53% des voix (il n’y aura donc pas de second tour) ; la liste CGT obtient 12,8% en légère baisse (- 1,2%).

 

Sur le total des 2 collèges électoraux, la CGT arrive en tête avec 44% des voix, devant la CFE CGC 22%, la CFDT 20%, FO 11%, CFTC 3%.

 

Si nous pouvons nous réjouir globalement de ces résultats, nous déplorons la faiblesse du taux de participation : 15,9% en « autres salariés » contre 26.97% en 2014, 20,6%  en « cadres » contre 31,10% en 2014.

 

En attendant une analyse plus fine, nous pouvons tirer un premier enseignement.

 

Les conditions d’exercice imposées aux administrateurs et administratrices salarié-es (pression sur la confidentialité, interdiction d’exercer des mandats syndicaux, faible nombre) tendent à les éloigner du corps militant et des salarié-es qu’ils représentent. C’est sans doute cela que traduit ce manque d’intérêt pour le scrutin.

 

La CGT considère le mandat d’administrateur :

-        Important pour son apport sur les questions industrielles et stratégiques

-        Complémentaire avec les prérogatives qu’elle revendique pour les IRP.

 

La CGT revendique que les administrateurs et administratrices salarié-es représentent au moins le tiers des conseils, avec de nouveaux droits protecteurs et la fin de l’interdiction d’occuper des mandats syndicaux (une spécificité française).

 

De son côté, la coordination CGT du Groupe travaillera sur ces questions : comment mieux faire participer l’administrateur d’Engie et celles et ceux de ses filiales à nos instances ? Comment assurer leur rencontre avec les militant-es, syndiqué-es et salarié-es afin que leur travail soit plus efficace et visible.

 

La CGT remercie tous et toutes les électeurs et électrices qui ont voté pour ses candidat-es et tous les militant-es qui, sur le terrain, ont assuré ce résultat.

 

Pièce jointe : tableau des résultats

RESULTATS ELECTIONS CONSEIL ADMINISTRATION ENGIE

Partager cet article

Repost0