Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE COUT DU K capital CHEZ GDF/SUEZ

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

LE COUT DU K capital CHEZ GDF/SUEZ

LE COUP DU CAPITAL CHEZ GDF SUEZ PAR LA COORDO CGT

Partager cet article
Repost0

COURRIER FEDERAL 420

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

COURRIER FEDERAL 420

Publié dans COURRIER FEDERAL 418

Partager cet article
Repost0

ACCORD EUROPEEN QUALITE DE VIE AU TRAVAIL. SIGNE

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

ACCORD EUROPEEN QVT DU 27 NOVEMBRE 2014 signé

Publié dans ACCORD EUROPEEN

Partager cet article
Repost0

COMMENT S'ESSUYER LES PIEDS SUR LE DIALOGUE SOCIAL

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

COMMENT S'ESSUYER LES PIEDS SUR LE DIALOGUE SOCIAL

~~C’est une bien curieuse conception du dialogue social que celle d’Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie.

Alors même que les règles de la dernière et très controversée convention sur l’assurance chômage s’appliquent depuis peu et que fait rage le débat sur le contrôle des chômeurs et leur indemnisation relancé par Manuel Valls, le ministre a cru bon de tracer ce week-end dans le Journal du Dimanche une nouvelle feuille de route aux " partenaires sociaux " : Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture.

L'assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d'euros; quel responsable politique peut s'en satisfaire ? Il y a eu une réforme, elle est insuffisante.

On ne pourra pas en rester là. C'est aux partenaires sociaux qu'il appartient de faire avancer les choses ", a prescrit Emmanuel Macron.

Et pour bien se faire comprendre, le ministre prévient : «comme l'Etat garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds.

Le sujet reviendra en temps voulu".

Cette manière d’instrumentaliser, de violer le dialogue social n’est pas sans rappeler les méthodes honnies du régime précédent. Personne n’a en effet oublié comment Nicolas Sarkozy donnait le cap à atteindre, donnait le tempo des négociations et menaçait, lui aussi, de reprendre la main.

Chaque fois, les salariés y ont laissés des plumes.

Evidemment, les propos de Valls qualifiés de "provocation" par les syndicats ont aussi provoqué des réactions indignées dans la majorité au point que François Hollande s'est montré plus évasif jeudi, en renvoyant aux négociations entre partenaires sociaux. "Sur l'indemnisation du chômage il y a une convention qui vient d'être signée en 2014 et une autre est prévue en 2016 ", a rappelé le chef de l’Etat sans siffler pour autant la fin de la partie.

Résultat, la charge continue et si certains observateurs voient là l’expression d’une nouvelle cacophonie au sommet, on peut surtout voir dans cette séquence une surenchère pour honorer les revendications patronales.

Publié dans INFORMATION

Partager cet article
Repost0

CADRES INFOS 712

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

CADRES INFOS 712

CADRES INFOS 712

Publié dans CADRES

Partager cet article
Repost0

COURRIER FEDERAL 419

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

Publié dans COURRIER FEDERAL

Partager cet article
Repost0

Gironde. Les ouvriers travaillaient 6 jours sur 7 pour 2,22 € de l'heure !!!

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

 Gironde. Les ouvriers travaillaient 6 jours sur 7 pour 2,22 € de l'heure !!!

~~ Gironde. Les ouvriers travaillaient 6 jours sur 7 pour 2,22 € de l'heure France - 21 Novembre écouter Pose de panneaux photovoltaïques Pose de panneaux photovoltaïques | Photo d'illustration Fotolia

Sur un chantier photovoltaïque, les autorités ont découvert qu'une société hongroise employait des travailleurs détachés, qui effectuaient 11 heures de travail payées 8, pour 2,22 € par heure, 6 jours sur 7 !

La préfecture de Gironde a annoncé vendredi avoir suspendu d'activité une société hongroise, intervenant sur un chantier photovoltaïque, qui rémunérait ses ouvriers 2,22 euros de l'heure, pour huit heures quotidiennes malgré une durée de travail de plus de 11 heures et six jours sur sept.

Par un arrêté, consécutif à une inspection de contrôle mercredi par la gendarmerie, l'Urssaf et l'Inspection du travail, le préfet a interrompu l'activité de la société de chaudronnerie OLP-TECH, un des sous-traitants sur le chantier de la centrale photovoltaïque d'Arsac, à 20 km au nord de Bordeaux. 11 h de travail, payées 8 !!

Ce contrôle a établi qu'OLP-TECH, dont le siège est à Teresztenye (nord-est de la Hongrie), employait ses 31 ouvriers, soit tout son effectif, « dans des conditions contraires au Code du Travail: rémunération sur une base quotidienne de huit heures pour une durée effective de travail de 11 heures 30, six jours sur sept, salaire de 2,22 euros par heure effectuée », souligne la préfecture.

La plupart des ouvriers étaient des étrangers, qui se sont présentés comme des travailleurs détachés.

Au regard du « cumul des faits et de leur gravité », l'activité d'OLP sur le chantier a été arrêtée pour trois mois, indique la préfecture, ajoutant que le Parquet avait été saisi des infractions pour y donner une suite judiciaire.

Publié dans INFORMATION

Partager cet article
Repost0

NAO 2015 ENTRE DESIR ET PROVOCATION Compte rendu réunion du 20 11 2014

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

NAO 2015 ENTRE DESIR ET PROVOCATION Compte rendu réunion du  20 11 2014

COMPTE RENDU REUNION DU 20 NOVEMBRE 2014

Partager cet article
Repost0

COURRIER FEDERAL 418

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

COURRIER FEDERAL 418

Publié dans COURRIER FEDERAL

Partager cet article
Repost0

COURRIER FEDERAL 417

Publié le par LA CGT COFELY ENDEL GDF SUEZ

COURRIER FEDERAL 417

Publié dans COURRIER FEDERAL

Partager cet article
Repost0