SOLIDARITE CGT

Publié le par LA CGT ENDEL

COORDINATION REGIONALE MIDI-PYRENEES CGT

MINES-ENERGIE

Toulouse, le 8 septembre 2009

_______________________________________________________________________________

La direction régionale eRDF / GrDF perd la raison !

Disons-lui STOP dans toutes les industries électriques et gazières

La Direction Opérationnelle du Sud Ouest sombre dans une folie répressive qui ne l’honore pas.

Rappel des faits :

 

 

 

Une gestion calamiteuse de la tempête Klaus qui a laissé des milliers d’usagers sans énergie pendant de

longues journées et l’a discréditée auprès des collectivités locales,

 

 

 

Une gestion calamiteuse du conflit social du printemps, destinée à imposer coûte que coûte son projet de

suppression d’emplois et de sites en Midi Pyrénées,

Aujourd’hui cette même direction, au lieu d’honorer le protocole régional issu du conflit (+129 postes et 66

embauches), se lance dans une incroyable chasse à l’Homme.

Une situation désastreuse :

Elle a pris en otage plus de 50 salarié-e-s pour organiser la répression dans les entreprises.

Une vingtaine de lettres de remontrances, de blâmes et d’avertissements ont été distribuées en plein

coeur de l’été.
 Quatre conseils de discipline ont été diligentés et, à trois reprises, les représentants des directions ont exigé le licenciement du salarié.

Deux conseils de discipline ont eu lieu les 1er et 4 septembre. Lors de ce dernier, les représentants de la direction ont une nouvelle fois demandé un licenciement. Aujourd’hui, dix autres sont programmés entre le 22 septembre et le 6 novembre.

C’est encore une fois toute l’activité de service public des entreprises qui va en pâtir dans une telle atmosphère délétère.

Les prud’hommes du mois d’août :

Les syndicats CGT de la région Midi Pyrénées et la FNME ont engagé une assignation en référé devant le

conseil de prud’hommes de Toulouse pour contester les trois procédures initiées lors des commissions

disciplinaires des 29, 30 et 31 juillet.

L’avocat de la direction, sous le regard goguenard du DRH LAFABREGUE, a indiqué que la Convention

Européenne des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales ne serait pas applicable dans les

commissions secondaires disciplinaires… En conséquence, peu importe que la culpabilité des agents ne repose

sur aucune preuve mais sur un simple « faisceau d’indices » !!!

Le jugement sera rendu le 11 septembre ou renvoyé vers un juge départiteur si les deux juges des prud’hommes

sont en désaccord. La direction attendra-t-elle ce jugement, ou va-t-elle passer en force ? La CGT souhaite quece processus juridique aille à son terme et a écrit en ce sens à la direction.

Des directions dangereuses :

 

 

 

Pour les personnels : ont-elles imaginé une seconde ce que peuvent devenir des salariés licenciés pour fait

de grève dans la conjoncture actuelle ? De plus, elles prennent une responsabilité énorme en fragilisant

psychologiquement ces salariés et leurs collègues qui travaillent dans une industrie à risque (postes et lignes

électriques ou conduites de gaz).

 

 

 

Pour les usagers : elles mettent par conséquence en danger les populations qui se trouvent à proximité des

chantiers réalisés ou organisés par ces mêmes agents fragilisés.

 

 

 

Pour les entreprises : elles discréditent les établissements de la région notamment auprès des élus locaux qui voient disparaître le service public et la vitrine sociale qu’il représentait. En cette période d'ouverture à la

concurrence et de regroupement des concessions hydrauliques, dont les enjeux sont énormes (plus de 5OOO MW nationalement soit quelques milliards d'euros de production " cédés" à des actionnaires privés)

 

,

afficher un tel mépris pour les usagers, les syndicats d’électrification et l’ensemble des collectives locales

pénalise durablement les groupes EDF et GDF/Suez.

Dès lors une question se pose : pour qui travaille réellement la direction régionale eRDF/GrDF ? Pour

POWEO ? Pour Direct Energie? Dans tous les cas contre le service public ! Certains espèrent peut-être en

récolter un jour les « fruits »…

Résistons !

Ce conflit est le révélateur du fonctionnement totalitaire de la DOSO et d’un autoritarisme de plus en plus brutal des directions ! Entreprise ne rime jamais avec démocratie mais dans certaines, le dialogue social a encore un peu de sens !

Toute cette répression cherche à convaincre les salariés de renoncer à se défendre. Elle cible le syndicalisme, et particulièrement la CGT, afin de démolir le droit social et le service public sur l’autel des marchés boursiers.

Il n’est pas question pour la CGT de participer aux I.R.P. dans une telle atmosphère répressive. Hormis le strict respect des obligations en matière sécurité, notre participation est suspendue dans les organismes d’eRDF-GrDF en attendant la déclinaison des protocoles régionaux et l’arrêt des sanctions.

On ne nous fera pas croire qu’il peut exister d’un côté un dialogue social serein et de l’autre un

déchaînement de haine !

Au-delà des pétitions et des arrêts de travail ponctuels, au-delà du travail militant auprès des

élus locaux, au-delà de la solidarité manifestée aux agents et à leurs familles, c’est

quotidiennement, partout, qu’il faut organiser la résistance !

Face à une situation inacceptable qui suscite l’indignation,

Face à de graves atteintes aux droits et libertés,arrêt de travail le mardi 29 septembre

Rassemblement à TOULOUSE








Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article